logo
01 02

BIO

Ne vous fiez pas aux apparences. Depuis plus de dix ans, Solange la Frange déplace les normes. Leur nom de scène est féminin et leur musique est testostéronée. Leurs albums explosent sur scène et réchauffent notre intimité. Ils sont au service de la fête, mais leurs sets ont marqué l’histoire de l’électro Suisse. MouVmenT, leur deuxième album en plus de dix ans d’existence, pose une nouvelle pierre à l’édifice intransigeant qu’ils bâtissent sans hâte, mais avec passion.
Au commencement, ils étaient deux. C’était en 2002. Julie Hugo et Tristan Basso mettaient leur sensibilité visuelle au service du décibel. Efficace et audacieux, le couple de DJs passe plusieurs années à sillonner la Suisse. Dans leurs valises, de l’électro revigorante, de la tech, du punk, et beaucoup de jubilation. Quatre ans plus tard, leurs mains piquent sur les disques des autres – ils passent le cap du live. Luca Manco (Rectangle) les rejoint à la basse ; Solange la Frange pousse les tables de mixage et envahit les salles de concerts de sa fièvre électro.
Leurs premiers tubes – Reykjavik, Grind, Wakawak – ritournelles radiophoniques entêtantes, dessinent l’ADN du trio : rythmes brutaux et beats groovy, riffs ardents et chants bestiaux. Mais c’est sur scène que Solange la Frange déploie toute sa force de frappe. La Suisse découvre, ébahie et secouée, la précision machiavélique de Tristan Basso aux machines, la basse tempétueuse de Luca Manco et le charisme animal de Julie Hugo. Très vite, programmateurs et lieux de cultes musicaux réclament leurs concerts érogènes. Ils assurent des premières parties prestigieuses (The Kills, Philippe Katerine, Gossip et CSS, entre autres) et prennent d’assaut les festivals (Vieilles charrues, Printemps de Bourges, Montreux Jazz Festival, Paléo, Eurosonic, Les femmes s’en mêlent ou les Transmusicales de Rennes). A cette bombe auditive s’ajoute la déferlante visuelle. Leur ligne de prêt-à-porter, toute en imprimés pop et punchlines culottées, rhabille un public en sueur. Sur scène, des visuels et des danseurs viennent compléter la grande messe mystique.
En 2008 paraît Solange la Frange, premier album éponyme. Il naît dans le terreau de diverses collaborations, et autant de rencontres : Alistair Chant, John Parish ou Eric Pifeteau (batteur de Katerine) en font partie. Façonné à l’image du live, il témoigne de l’énergie fédératrice qui fait le sel des Solange. Il aura fallu quatre ans et plusieurs centaines de concerts pour accoucher de MouVmenT, un album visionnaire et fougueux. Clin d’œil à leur prédilection pour la scène, brassé aux percussions africaines des grands Farafina, cette bombe voodoo punk risque d’user plus d’une semelle.
© Salomé Kiner

02 02

PLAYLIST